Edition : 2017

Jean-Michel Van der Camere

Frontalier de la Belgique venu s’installer à Orvault, Jean Michel Van der Camere, construit une œuvre méthodique, cohérente qui rappelle l’étrange rigueur des situations surréalistes peintes par Delvaux. Tout est signe dans ses toiles où s’imposent d’énigmatiques figures féminines : un collage discret ouvre une porte, un hexagramme, comme une signature, vient enrichir le sens du message. L’œuvre de Jean Michel, si elle nécessite un effort chez le spectateur, le récompense aussi par l’harmonie subtile qui s’en dégage.

Natali

Le livre a toujours exercé sur Natali une véritable fascination. Image de l’âme humaine, qui ouvert ou fermé, peut livrer ses messages ou taire ses secrets. Fascination aussi pour le papier, ce matériau-peau qu’elle retravaille ou qu’elle enfante.  De ces recherches naissent des œuvres surprenantes, livres-objets, tableaux, sculptures-papier ou livres d’artiste. Tout un univers fragile et puissant qui nous relie, avec elle, à la nature-mère.

Nasca

NASCA est le nom d’un désert du Pérou. Cette bretonne de Vitré, a choisi ce nom comme signature car, comme les signes tracés au sol par les Nascas et  qui ne peuvent se voir que du ciel, la lecture de  ses tableaux implique du recul, l’ouverture aux langages oubliés ou inconnus et l’envie de transcender les aspirations de la vie. Nasca a une seule ambition : transmettre par ses œuvres des éclats de joie. Le monde est triste, les hommes ont besoin de couleurs, de lignes sécurisantes. Elle dit d’elle-même : « Je suis une créatrice d’expression artistique dans l’émotionnel, le sentiment, la libération. »

Charlotte Madézo

Bretonne d’origine, Charlotte Madézo rêve aujourd’hui d’ailleurs, sur les quais de Trentemoult.  Sa peinture, singulière, nous offre des situations fantasmagoriques. L’imagination de cette ingénieure agronome est sans limite, c’est Lewis Carroll qui tient son pinceau et qui nous entraine avec fantaisie dans les situations les plus cocasses. Le message sur nos façons de vivre est présent mais tout en douceur, baigné par la douce harmonie des couleurs et  lignes. 

Michel Henocq

Michel Henocq, angevin d’adoption, revendique avec force le devoir pour l’artiste de témoigner des émotions et des colères que le spectacle dramatique des désordres du monde fait naitre en lui. Après une carrière dans la haute administration, il se consacre totalement à son art, ni abstrait, ni conceptuel mais qui se veut un retour aux sources primitives des hantises et des interdits. L’œuvre appartient toute entière au néo-expressionnisme qui, aujourd’hui, redonne à l’art toute sa pertinence sociale.

Valérie Gavaud

Résumer l’activité de Valérie Gavaud est une gageure. Viticultrice par son héritage bourguignon, elle se confronte à d’autres formes d’art dans son village d’artistes de St Liguaire (79). La sculpture initiale, aujourd’hui oubliée, a fait place à des recherches en art thérapie, à l’écriture de romans graphiques, à la peinture de paysages inquiétants et à des séries de pastels qui, par leur noirceur expressionniste et l’étrangeté des personnages, nous renvoient aux Caprices de Goya. Une œuvre sombre qui éclaire les âmes contemporaines.

Dominique Ferré

Artiste nieulais, décédé en 2004 à l’âge de 57 ans, Dominique Ferré a laissé une œuvre picturale, importante, aux inspirations multiples tout au long de son parcours artistique. Thème religieux ou incident de la vie locale, quelle qu’en soit l’origine, l’œuvre est traitée avec une précieuse minutie. Sa maitrise le relie aux peintres hollandais du XVIIème siècle. Mais par son ironie, parfois mordante, il participe de la causticité séculaire de l’esprit français. Son œuvre est à redécouvrir pour en apprécier toute la beauté, la richesse et la portée.

Jacques Billon

Ferronnier d’art d’origine, Jacques Billon, libéré des obligations professionnelles, se consacre désormais, dans son atelier de Barbechat, à la sublimation de l’acier, ce métal qui le fascine depuis sa jeunesse. Tour à tour, après des recherches méthodiques, les feuilles d’acier s’épanouissent en oiseaux paradisiaques ou magnifient des corps féminins. Comme le peintre qu’il sait être aussi, il fait émerger du métal, par une technique de patine très personnelle, d’infinies nuances colorées.

Anita Baud

Il a fallu attendre les temps de liberté pour que s’épanouissent, au regard de tous, les formes et couleurs qui sommeillaient en elle depuis l’enfance. Anita peint. On peut y reconnaître des paysages, des personnages, des situations mais il ne faut pas se tromper, l’essentiel de son œuvre est ailleurs, dans la recherche mélodique d’une harmonie colorée. Héritière de Monet, elle poursuit ses recherches en séries de variations, tentant à son tour de capter la vérité lumineuse de l’instant.

Jean-Claude Artaud

« Ni peintre, ni sculpteur, ni photographe, ni performeur, ni installateur et pourtant un peu de tout ça… Paradoxal pour un artiste qui dit ne faire qu’une seule chose à la fois. » Ainsi se présente Jean Claude Artaud, personnage étonnant, sorti de la ferme de ses parents pour découvrir sur le continent américain toutes les ruptures de l’art contemporain. Ruptures qu’il applique à lui-même, tant sa production est diverse. Seule sa personnalité, passionnante, assure la cohérence intime de l’ensemble de ses productions.